À propos

Pendant plusieurs années, mon travail d’écriture s’est inscrit dans la filière brésilienne. Au cours du premier d’une quinzaine de séjours au Brésil, j’ai réalisé des recherches sur Clarice Lispector à la suite de quoi j’ai publié quatre ouvrages inspirés par ce pays : Rencontres brésiliennes, composé d’interviews, d’extraits des textes et documents personnels de la romancière et nouvelliste, de fragments manuscrits et de photographies; Langues de feu, essai sur la vie et l’œuvre de celle qui a sa place parmi les grands écrivains du patrimoine littéraire mondial; Profession : Indien, récit qui repense le rapport à l’autre et au tiers-monde, qui interroge l’histoire et l’attitude du colonisateur face à l’indigène, dans le contexte d’une conférence de l’ONU sur le développement et l’environnement, tenue à Rio en 1992; Clair-obscur à Rio, roman à caractère initiatique sur la découverte du Brésil par une jeune journaliste québécoise. Le roman Désert désir invite au désert, l’imaginaire et le réel — le mythique Sahara. Quant aux treize nouvelles de Le carnaval des fêtes, elles ont pour scénario le Brésil, Haïti, Paris, le Québec et l’au-delà…
Avec mon septième ouvrage, La Mort de Peter Pan, je poursuivais une quête de sens, fortement marquée par le rapport avec l’étrange et l’étranger. La narratrice s’adresse à un jeune homme mort à 30 ans dans un incendie. Dernière «flamme»… de Malcolm Walker, celle-ci, vingt ans après la tragédie, refait le parcours du personnage né au milieu du 20e siècle, d’un marin irlandais inconnu, et d’une fille-mère canadienne-anglaise. La narratrice connaît des épisodes où se chevauchent la vie et la mort, pour élargir les horizons de l’existence humaine et laisser filtrer quelque chose des possibilités infinies de l’expérience terrestre.
Dans le récit Un Prince incognito. Roger Varin (Fides, octobre 2012), forte d’un genre métissé mêlant fiction, éléments biographiques, chœurs (d’élèves, de prêtres enseignants, d’épistolières), extraits d’entretiens, de lettres, de pièces de théâtre, je raconte le cheminement de mon père (1917-2007), créateur engagé dans la vie associative et culturelle du Québec d’avant la Révolution Tranquille et qui a conduit à son actualisation politique dans les années 1960.
Accès à un petit dossier de presse.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s