Animalis

« le grand regard animal »

 

 

Présentation de l’auteur et éditeur Yvon Rivard lors du lancement d’Animalis le 11 octobre 2018 à la Maison des écrivains à Montréal.

Propos d’Yvon Rivard sur Animalis, essai édité sous sa direction :

« Si vous mangez de la viande, n’avez pas d’animaux domestiques, avez peur des loups, n’êtes jamais allés en montagne ou dans un zoo et ne savez pas comment combattre la violence des hommes, ce livre est pour vous. Claire Varin n’est ni vétérinaire ni éthologue, ni sociologue ni anthropologue, c’est une écrivaine qui croit qu’on « juge la valeur d’une nation par la façon dont les animaux sont traités » (Gandhi) et que si on voulait pacifier le monde « on pourrait, de nation à nation, commencer par tomber d’accord sur l’amour qu’on doit aux bêtes » (Zola). Encore faudrait-il  reconnaître que les animaux sont doués de sentiments et de sensibilité, sinon d’une vie nécessaire à la survie des écosystèmes et à l’équilibre de notre psyché, en nous reliant au monde mystérieux dont nous venons.

« Pour se rapprocher de ceux qui nous apprennent notre métier d’humain, Claire Varin visite les parcs animaliers, les réserves écologiques, les refuges d’animaux maltraités du Québec et de l’Alberta, en passant par le Brésil. Animalis devrait éveiller votre curiosité, susciter votre indignation, vous inviter à apprivoiser plutôt que de la refouler la vie sauvage qui est encore en nous une source de silence et de joie, tout en résistant à la tentation de domestiquer ces êtres qui « ne savent pas mentir ni être intentionnellement cruels ».

« Animalis est écrit dans une langue pure, précise, transparente à travers laquelle apparaît « le grand regard animal » dont Rilke dit qu’il nous enseigne à voir et à mourir. Après l’avoir lu, vous pourrez continuer à manger de la viande, mais vous saurez désormais ce que vous mangez ; sinon vous aimerez encore plus ce dont vous vous privez. »

 

Une réflexion sur “Animalis

  1. Je viens de terminer la lecture de votre petit chef-d’oeuvre sur les animaux. Ce qui m’a séduit en premier, c’est la virtuosité de votre écriture qui ne s’accommode de rien de moins que la perfection. Mais c’est surtout le coeur qui parle dans ce plaidoyer en faveur de nos amies les bêtes et qui, en même temps, s’insurge contre la tragique condition de certaines. Ce n’est pas pour rien que vous mentionnez au début Auschwitz. Ces laboratoires où on leur fait subir le martyre n’évoquent-ils pas les sinistres expériences inhumaines menées dans les camps de concentration nazis?
    Puis il y a les animaux heureux, choyés par ceux qui les aiment. La disparité de leur sort sur cette terre est une piste que vous explorez avec beaucoup de sensibilité et délicatesse et non sans vous interroger sur la supériorité que l’homme croit détenir sur l’animal.
    Vous avez fait beaucoup de chemin afin d’écrire ce livre, visité des zoos, des parcs nationaux, des zones d’écologie contrôlée et vous êtes allée jusqu’aux confins des mystérieuses forêts, paradis des bêtes sauvages.
    Je vous le redis, cette lecture m’a enchantée et votre livre mérite une large audience, ce que je vous souhaite et si Renaud-Bray ne vous appose pas en page couverture l’étiquette autocollante proclamant leur coup de coeur, c’est qu’ils n’ont pas de coeur.
    J’oubliais… Il faudrait que votre ours bouddhique sache qu’afin de lutter contre le réchauffement de la planète, nous devrons nous résigner à réduire notre consommation de viande et, dans le pire des cas, à renoncer à notre régime carné mais qu’il ne s’inquiète pas trop. Cette désagréable perspective n’est pas pour demain.
    Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter bonne chance avec ce petit bijou de livre qu’est Animalis. Diane Giguère

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s